Adameo | [Interview] adameo et le Horse Ball, toute une histoire !
supply chain, logistique, transport, conseil, cabinet conseil, consulting, horse ball, équitation, aramon, montpellier, sponsoring, It, recrutement
1144
post-template-default,single,single-post,postid-1144,single-format-standard,do-etfw,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

[Interview] adameo et le Horse Ball, toute une histoire !

[Interview] adameo et le Horse Ball, toute une histoire !

Le weekend dernier avait lieu le premier Championnat de France de la saison de Horse Ball, à Cagnes-Sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes. Deux journées d’intense compétition qui ont vu s’affronter pas moins de 26 équipes nationales composées des meilleurs cavaliers et cavalières du pays.

Parmi elles, l’équipe féminine de Montpellier et l’équipe mixte d’Aramon, que nous sponsorisons depuis maintenant quelques mois. Afin de témoigner sur cette discipline spectaculaire, et pourtant méconnue du grand public, nous avons donc décidé d’interroger deux de leurs coéquipiers, Justine Beblik et Matthieu Merlin. L’occasion ici de découvrir un sport qui puise ses origines dans l’équitation, mais aussi le basket et le rugby …

Pourquoi avoir choisi de faire du Horse Ball et pas un autre sport ?

Justine : J’ai pratiqué plusieurs sports avant le Horse ball : la natation, la GRS, la danse, mais mon attirance pour le cheval m’a de suite rattrapée. J’ai connu le Horse ball à l’âge de 7 ans durant un stage au centre équestre de St Georges d’Orques à côté de Montpellier où ma mère m’avait inscrite. La première chose que j’ai adoré, c’est être à cheval, puis être avec les copains et les copines. Tout le monde pratiquait cette discipline au club. J’ai de suite accroché avec ce petit ballon et toute l’ambiance de ce sport. Je devais seulement « essayer »… 16 ans plus tard, je le pratique toujours !

Matthieu : Moi, je suis arrivé à ce sport un peu par hasard. J’ai débuté très jeune, lorsque je montais encore à shetlands (vers 4 ou 5 ans). Le centre équestre où j’ai fait mes débuts proposait cette activité, et ça a commencé plus comme quelque chose de ludique et de pédagogique. J’allais au poney le samedi avec ma cousine, et de temps en temps, on faisait du Horse Ball. De fil en aiguille, des équipes se sont organisées au sein du club, et je n’ai jamais arrêté de jouer !

 

Qu’est-ce qui vous plait dans le Horse Ball ?

Justine : Ce qui me plait, c’est l’esprit d’équipe, la relation avec son cheval et le côté démonstratif. Le Horse Ball est un des seuls sport équestre collectif avec le polo. C’est un sport qui demande de la stratégie, de la précision et de la complicité avec son cheval. Nous sommes 5 joueuses et 5 chevaux qui ont tous des particularités différentes, et nous devons composer avec chacun. Nous formons des binômes avec nos chevaux, et nous passons beaucoup de temps en leur compagnie pour les travailler et prendre soin d’eux. Ce sont ces moments privilégiés qui sont nécessaires pour nouer des liens forts. Ce sport est démonstratif par la beauté du jeu, le dressage des chevaux et sa vitesse d’exécution. Il faut être très réactif et concentré durant les vingts minutes de jeu.

Matthieu : De mon côté, j’adore les sports de balle depuis que je suis tout jeune, et plus particulièrement, les sports collectifs de ballon. Je suis également un grand fan de rugby, que j’ai pratiqué plusieurs années. Comme je le disais, je me suis rapidement passionné pour l’équitation, mais je dois dire que c’est surtout pour le Horse Ball que j’ai continué à monter à cheval. C’est tout simplement le sport le plus approprié pour combiner mes deux passions !

 

Quelles sont les valeurs de ce sport que vous souhaiteriez mettre en avant ?

Justine : Tout d’abord, le dépassement de soi. C’est un sport exigeant qui demande du temps et de la patience. Rien n’est jamais acquis et nous devons redoubler d’efforts à chaque entraînement, que ce soit dans le collectif ou l’individuel. Et pour ça, il faut savoir prendre sur soi et être patient. Il faut beaucoup de rigueur. Nous travaillons tout les jours nos chevaux et restons déterminées à atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. La dernière valeur qui est à mes yeux importante est le respect. Le respect de nos chevaux à travers leur bien-être physique et moral, mais aussi le respect de nos adversaires.

Matthieu : Le Horse Ball véhicule tellement de valeurs qu’il serait difficile de toutes les mettre en avant. Si je devais ne citer que les principales, je dirais en premier le goût du travail, même si c’est une valeur propre à tous les sports équestres. Quelque soit le niveau en Horse Ball, il y a d’abord un travail en carrière sans ballon pour comprendre comment fonctionne l’animal, et comment il faut s’en servir. À haut niveau, ce sont des heures et des heures de boulot sur le plat et de technique individuelle spécifique. Il y a énormément de travail de préparation pour le cavalier et pour le cheval, qui reste le véritable athlète du couple… Qu’on ne se la cache pas ! En deuxième, je citerai l’humilité, car nous sommes tous amateurs, et que nous sacrifions beaucoup personnellement pour pratiquer ce sport à ce niveau. Nous avons en quelque sorte deux vies dans une seule, le temps de notre carrière. En dernier, je retiendrais bien sûr la solidarité. C’est un sport qui reste collectif, et chacun est prêt à tout donner pour celui qui a le même maillot que lui sur le terrain. Au-delà de ça, le Horse Ball reste un milieu restreint où tout le monde se connaît, ce qui garantit de supers ambiances au moment des compétitions.

 

Qu’est-ce qui lie vos équipes à adameo ?

Justine : Ce qui nous lie à adameo, c’est le côté humain. Nous sommes 5 joueuses passionnées et compétitrices, mais nous sommes avant tout 5 amies qui partageons des moments très forts tout au long de notre saison sportive. Nous avons toutes des caractères différents mais partageons le même objectif : atteindre la première place du podium de la pro élite féminine. Pour cela, nous combinons toutes nos forces individuelles pour créer un collectif.

Matthieu : Mon équipe, et moi plus personnellement, sommes liés à votre cabinet en premier lieu par Melchior de Bary, lui aussi joueur, mais aussi parent de joueur, arbitre, et supporter lorsqu’il lui reste du temps après tout cela! Je crois pouvoir dire, sans trop m’avancer, que c’est un vrai passionné de la discipline. Nos points communs ? Une expertise hors pair dans la logistique !

 

Quels messages voulez vous faire passer à notre communauté sur le Horse Ball ? 

Justine : Ce sport mérite d’être reconnu pour ses performances et la beauté du jeu. Les équipes de France féminine et mixte ont obtenu depuis plusieurs années des titres de champion d’Europe et du monde. Ces champions ont eu très peu de médiatisation à mon plus grand regret. Il est pourtant possible de voir en direct ou non les matchs durant nos weekends de compétition, et nous sommes des sportifs disponibles et ouverts pour partager, expliquer et faire découvrir notre sport.

Matthieu : …Et je rajouterai que c’est un sport passionnant qui gagne à être connu et qui mérite de se démocratiser. En tout cas, nous  les accueillons à bras ouverts sur chacune de nos étapes en France s’ils souhaitent découvrir la discipline à travers notre équipe !

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur le compte Facebook de l’équipe mixte d’Aramon et de l’équipe féminine de Montpellier.

Découvrez également en images le championnat de Cagnes-sur-Mer, et ses quelques joueurs arborant fièrement nos couleurs !