Adameo | #2 VivaTech, l’IA à tous les étages
VivaTech, Pepper, robot, IoT, IA, technologie, innovation, digital, Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée, numérique, Tech For Good
1954
post-template-default,single,single-post,postid-1954,single-format-standard,do-etfw,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

#2 VivaTech, l’IA à tous les étages

#2 VivaTech, l’IA à tous les étages

Guillaume Mullier, Head of Business Development chez adameo, s’est rendu du 24 au 25 mai à la VivaTech, rendez-vous incontournable de l’innovation et des nouvelles technologies à Paris. Entre stands futuristes, témoignages de personnalités telles que Mark Zuckerberg et robots humanoïdes, cette troisième édition a réuni plus de 100 000 visiteurs venus de 125 pays. Si la VivaTech attire tout le gratin de la high-tech, vivre l’événement de l’intérieur est une expérience singulière, comme en témoigne Guillaume dans ses récits. A travers sa série de 4 articles, il vous raconte ses deux jours de découvertes, de partages et d’émotions. 

Nous avons déjà publié le premier épisode « #1 VivaTech, inspiration & exploration« . Place maintenant au second épisode, « #2 VivaTech, l’IA à tous les étages  » !

Guillaume Mullier, 

Head of Business Development 

 

A Vivatech, les tendances ne sont pas éphémères et doivent donc être comprises comme des mouvements de fond, qui s’inscrivent dans la durée pour améliorer notre quotidien. Il se dégage du salon une formidable énergie créatrice, une envie de transformer le monde durablement, ce qui se résume en un seul concept : Tech for Good.

Source : http://www.techforgood.global/

 

De toutes les tendances identifiables, c’est évidemment celle-là que je préfère à plusieurs égards. Alors qu’entend-on par Tech For Good ?L’objet de cet article n’étant pas d’en débattre, j’invite ceux que cela intéresse à se rendre ici. Pour simplifier, je dirais qu’il s’agit d’une approche de l’innovation soit qui intègre ses conséquences sociétales et environnementales en amont de la réflexion, soit qui cherche à avoir un impact direct sur notre environnement (cleantech), notre santé (healthtech), notre organisation sociale, etc.

La raison fondamentale pour laquelle cette tendance me parait réjouissante réside dans le fait qu’elle porte en elle les germes d’un changement majeur : passer d’une économie productiviste à une économie de la connaissance, à une adoption plus massive du biomimétisme pour s’orienter vers une économie circulaire. Par exemple, si mon innovation vise à transformer le monde du travail, j’initie des réflexions dès maintenant sur les conséquences de son adoption pour imaginer des solutions et éviter une possible casse sociale. Bref, je cherche à réinventer le futur qui va avec (suivre à ce titre l’initiative de Yoss et Global Shaper).

Voila pour la ligne directrice de l’état d’esprit.

En ce qui concerne les technologies à proprement parler, il est intéressant de regarder les évolutions en termes de maturité : de la promesse affichée, des POCs à la production et à l’industrialisation. Invitée d’honneur du salon, l’Intelligence Artificielle était absolument partout et force est de constater que nous sommes à l’aube d’une accélération très forte. La majorité des startups avec qui j’ai pu discuter affichait des premiers cas d’usage en production chez des grands comptes et surtout un pipeline de POCs en forte croissance. Certes, les sujets adressés sont souvent périphériques, il n’en reste pas moins vrai que les succès sont bien réels et ne vont que s’amplifier.

En ce qui concerne les 3 réalités – augmentée, mixte et virtuelle – elles continuent d’être bien représentées, mais nous sommes toujours en bas de la courbe d’adoption. J’ai en revanche été surpris de voir que la qualité des animations 3D au cœur de ces technologies est en très nette amélioration. Le gain en réalisme constitue très certainement un pas de plus vers un usage de masse, mais à mon sens, il reste encore beaucoup à faire en termes d’amélioration du hardware (caques, HoloLens, …). En termes d’industrie, l’accélération viendra probablement des secteurs du divertissement pour le B2C (sports, cinéma, jeux vidéo, …) ou de la formation professionnelle voire de la maintenance pour le B2B, étant données leurs représentations sur le salon.

 

 

Les robots ont également été largement représentés sur cette édition (comme Pepper, en photo de couverture). Là encore, les progrès sont assez stupéfiants : vision, capacité auditive et de réponse.

Les IoT étaient également présents en nombre, de même que la blockchain qui a fait une percée remarquée.

En conclusion, alors que de nombreuses voix s’élèvent partout dans le monde sur les dangers d’une innovation non contrôlée, la dimension Tech for Good est de nature à développer la conscience numérique de tout entrepreneur ou porteur de projets et c’est une bonne nouvelle. En ce qui concerne les technologies, l’avènement de l’ère du service pilotée par de l’IA se précise. De même que la massification de l’IoT dans l’industrie et la Supply Chain pour alimenter cette IA en données. Ce qui provoquera un recours massif à la blockchain pour gagner en traçabilité, transparence sur les échanges et in fine augmenter la performance des écosystèmes.