x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

E-commerce, déjà le monde d’après : peut-on continuer à prévoir en Supply Chain ?

Ecommerce - déjà le monde d'après

E-commerce, déjà le monde d’après : peut-on continuer à prévoir en Supply Chain ?

L’activité e-commerce a été fortement renforcée ces dernières années. Les habitudes de consommation changent, et le COVID-19 a été un élément particulièrement décisif dans ce virage digital. Cette nouvelle tendance pose de nombreuses questions d’un point de vue Supply Chain : Quelles corrections de trajectoire adopter face à la déferlante e-commerce ? Comment répondre aux attentes de livraison ? Peut-on toujours continuer à prévoir ?

Ce sont les questions abordées par nos experts lors de Supply Chain Event 2021 :

 

Les bons stocks pour satisfaire les consommateurs

On se focalise souvent sur la problématique de la livraison lorsque l’on parle de e-commerce. Mais avant de s’assurer de tenir ses délais de livraison, il faut surtout bien définir son offre e-commerce. Comment s’assurer d’avoir en permanence une offre produit pertinente (c’est-à-dire proposer aux consommateurs le produit qu’il souhaite au bon moment et sur le bon canal), lorsque l’on possède déjà une activité e-commerce ?

Pour Pierre-Jean Coltat, Directeur des opérations chez Ipone, la solution a été d’être accompagné par un éditeur, permettant ainsi d’être cohérent tout au long du cycle d’approvisionnement. Leur modèle de prévision leur permet de prendre le niveau d’incertitude dans le stock de sécurité afin qu’il soit plus pertinent. « Le e-commerce est une opportunité pour valider et tester les différents cycles de produits ». L’APS est dans ce cas-là essentiel pour s’assurer que le stock soit pertinent par rapport à la réalité client. Son objectif principal sera de s’assurer d’avoir un stock qui maximise le taux de service client.

 

Entretenir la fiabilité des prévisions

La fiabilité des prévisions est un autre enjeu du e-commerce. Selon Tanguy Caillet, VP senior Global Industry Solutions chez o9 Solutions, l’utilisation des données est la clef. Avec la crise sanitaire actuelle, il est difficile de se baser sur les données historiques pour obtenir de bonnes prévisions. Il faut s’intéresser aux données externes, qui sont absolument nécessaires pour comprendre le comportement des consommateurs sur les sites marchands. Les technologies doivent évoluer avec de l’intelligence artificielle, du machine learning et l’utilisation d’algorithmes plus évolués, qui permettraient d’obtenir des prévisions beaucoup plus fiables.

« On ne peut plus se satisfaire du passé pour prédire. Il faut se tourner vers l’avenir, ce qui nécessite de meilleurs outils pour prendre de meilleures décisions » affirme-t-il.

 

Selon Jean-Christophe Didier, Directeur régional des ventes chez E2open, la façon d’intégrer les signaux de la demande est déterminante. Une étude sur la manière dont les algorithmes prédictifs ont réagi à une situation de crise (COVID-19) permettrait de mieux anticiper les risques et les scénarii catastrophes d’une entreprise. Il faut donc collecter la donnée, l’intégrer, la comprendre et l’ingérer dans l’algorithme.

 

Repenser la logistique urbaine pour absorber la volumétrie du e-commerce

« Il faut disrupter le modèle, les villes doivent s’organiser pour absorber la volumétrie » affirme Bruno Coste, président fondateur d’adameo. Mais comment absorber la croissance des volumétries e-commerce ? Il faut restructurer, mettre en place des dark store. La logistique urbaine permet de fluidifier et d’éviter d’agrandir les espaces, tout en absorbant les volumes.

 

La clef pour réussir à s’adapter à cette nouvelle tendance de consommation est donc l’agilité, la collaboration et la digitalisation. Il n’est plus possible d’avancer séparément, chacun dans son silo, il faut communiquer. « Avec la crise sanitaire, nous nous sommes rendu compte que les Supply Chain manquaient d’agilité. Il faut savoir se réadapter et se réajuster » affirme Bruno Coste. « Beaucoup d’entreprises n’ont pas investi suffisamment sur les nouvelles technologies pour satisfaire leurs clients et c’est ce qui leur a fait défaut ». La digitalisation est donc plus qu’essentielle et les outils permettent de modéliser sa Supply Chain, il faut donc se lancer ! Il faut être agile, investir les nouvelles technologies pour les investir et les intégrer pour construire la Supply Chain de demain.