x

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt

Magasins, drivers, darkstore : les réponses aux enjeux d’une logistique omnicanale

Magasins, drivers, darkstore les réponses aux enjeux d’une logistique omnicanale

Magasins, drivers, darkstore : les réponses aux enjeux d’une logistique omnicanale

Les retailers doivent désormais offrir aux consommateurs une expérience d’achat unifiée et homogène. C’est le parcours d’achat omnicanal : celui qui permet de passer d’un canal à l’autre sans rupture. Les Supply Chain sont au cœur de cette stratégie omnicanale : ce sont elles qui permettent de livrer au bon moment le bon produit.

À l’occasion de la SITL 2022, Guillaume Mullier, Directeur du Développement & de l’Innovation chez adameo, Loïc Euzen, Directeur du Business Développement chez AutoStore et Jérôme Pedreno, Business Developer chez Hardis Group, ont échangé lors d’une conférence sur les enjeux de l’omnicanalité.

 

Walmart est-il en train de gagner face à Amazon grâce à son nouveau schéma de distribution ?

 

La hausse du e-commerce a entraîné une évolution fondamentale des points de vente : les magasins font maintenant également office d’entrepôts et on constate une hausse des emplois dans le commerce de proximité. C’est le cas de Walmart par exemple : pour faire face au géant Amazon, l’entreprise a transformé 12 000 de ses points de vente afin qu’ils soient aussi des espaces de stockage. Les clients peuvent de cette façon continuer à être conseillés sur place et retourner leurs articles plus facilement si besoin.

C’est donc dans ce contexte que toutes les entreprises possédant des magasins physiques, petites ou grandes enseignes, doivent travailler leur stratégie omnicanale. Les commerçants historiques peuvent concurrencer les acteurs du e-commerce en réorganisant toute leur logistique et en investissant davantage dans les actifs immobiliers.

 

Pour cela, selon Guillaume Mullier, il faut commencer par revoir en amont tout son schéma de distribution et notamment ses schémas directeurs en se posant cette question : sont-ils capables de répondre à ma promesse client ? Ce n’est qu’en investissant dans la Supply Chain que l’on pourra livrer la promesse client.

Une bonne stratégie omnicanale est celle qui traite de l’ensemble des flux sans que le client ne le remarque, affirme Loïc Euzen. Le darkstore, un nouveau genre de site logistique en milieu urbain, est l’un des outils au service des logisticiens pour mettre en place cette stratégie.

 

Vers une Supply Chain « as a service » plus flexible

 

Le spécialiste de l’automatisation AutoStore propose par exemple, pour répondre à ces problématiques, d’installer un système automatisé de stockage et de récupération dans des centres urbains en investissant les sous-sols et parkings inoccupés des grandes villes. C’est une solution dense, performante et rapide qui permet de réaliser des économies concrètes dans la gestion de la croissance.

« La Poste est l’une des premières structures en France à l’utiliser. Alors qu’elle se trouvait avec un espace libre en plein Paris, nous avons optimisé les lieux pour installer un système de micro-préparation de commandes automatisé » raconte Guillaume Mullier.

Cette technologie d’automatisation est encore balbutiante sur le marché français, mais totalement prête à être utilisée.  Dans certains pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis, où les technologies sont plus avancées et plus matures, nous trouvons déjà ces solutions dans les milieux urbains : on arrête de louer des m2,, on loue maintenant des bacs ! Des bacs dont on peut faire varier le nombre selon la saisonnalité et les pics d’activité.

 

Pour suivre le rythme du e-commerce et rester compétitives, les Supply Chain doivent en effet devenir plus flexibles et moins dépendantes d’investissements lourds dans des actifs fixes. Pour Guillaume Mullier, il faut pour cela aller vers une Supply Chain « à la demande »  (as a service). « Demain, les retailers pourront recourir à un service de production, de stockage ou de transport uniquement quand ils en auront besoin, pour lancer un nouveau produit ou gérer un pic d‘activité par exemple ». Cette nouvelle logistique s’appuiera sur une plus forte mutualisation (des moyens, des idées et des innovations) qui répond à l’omnicanalité.

 

La logistique urbaine mutualisée : le nerf de la promesse client ?

 

Dans des villes avec de nombreuses problématiques de logistique urbaine telles que Paris, Grenoble ou encore Marseille, on constate une réelle accélération de la mise en place de ce type de solutions. Les collectivités travaillent de plus en plus en harmonie avec les acteurs du secteur marchand et de la logistique pour construire le modèle. Trois éléments sont essentiels à son déploiement :

  • Des acteurs de tous les horizons qui font avancer la réflexion
  • Des technologies automatisées
  • Des Systèmes d’Informations pour gérer le stockage (même dans les magasins, comme le fait par exemple la solution Reflex In Store de Hardis)

 

À Paris par exemple, le transporteur Ecolotrans va mettre en œuvre un système robotisé AutoStore installé dans un centre bus de la RATP à 400 mètres du périphérique, sur des sites pilotés avec le WMS Reflex. L’objectif est de rapprocher les stocks des consommateurs, dans les sites existant sous exploités, afin de proposer des livraisons du dernier kilomètre très réactives et décarbonées.

La disponibilité des compétences sera un élément clé pour garantir le succès des projets à venir. Et nous constatons ces derniers mois une véritable guerre des talents. Il va donc être essentiel de leur proposer des projets créatifs et engageants pour les attirer !